L'héritage perdu

Sur Silence, personne ne vous entendra pleurer...

Silence ! – Le 19/IV/817/M.41

Lors de ce conseil de guerre, nous établissons la liste des priorités afin de purger le système de ce “culte”. Nous décidons tout d’abord de reprendre le contrôle de l’astéroïde appelé Silence afin d’y récupérer les archives familiales qui pourraient nous éclairer sur l’ancestrale fondation du système. Ensuite, il faudra rétablir les liaisons intra-système entre Svard et sa lune agricole dénommée Kyubu.
Pour ce faire, nous organisons un convoi composé d’un vaisseau céréalier et de trois cargos. L’escorte est composée du Hammerfall, en tête de convoi, et du Penance of Iocanthus, en queue de convoi. Un aviso placé au centre fournira un appoint d’auspex afin de détecter le plus tôt possible d’éventuels agresseurs.

Nous partons donc confiants en notre organisation et notre puissance de feu pour un trajet qui ne devrait pas prendre plus de 4H00. Bien nous a pris de former un convoi car à peine sommes nous partis de la station que nous percevons un écho sur l’arrière. Le Hammerfall rétrograde mais à chaque fois, l’écho finit par s’éloigner puis disparaît de nos auspex. Il faut aussi signaler que les conditions de vol sont exécrables à cause des nuages de particules émanant de la géante gazeuse toute proche, ce qui rend difficile toute poursuite.

La cible se trouve être la grande tour de 4 étages située sur l’astéroïde. Nous débarquons aux abords de l’édifice et avançons vers une esplanade encombrée d’une multitude de statues inachevées/ratées. A peine avons nous avancé dans ce dédale marmoréen que près de 200 statues s’animent et passent à l’attaque. Dépassés en nombre et surtout en puissance, nous devons nous replier vers nos deux cotres de combat. La fuite est sanglante car nous perdons 17 soldats mais leur vaillant et désintéressé sacrifice n’a pas été vain car aucun officier n’est blessé. Nous avons tout de même frôlé la catastrophe.

Revenus en arrière, nous pouvons profiter de la puissance de feu des armes de bord des cotres pour édifier un mur de bolts qui stoppe net nos assaillants. Quelques dizaines de secondes d’un feu à pleine cadence pulvérise ces statues en une masse caillouteuse informe et sans danger. Le temps de nous remettre de nos émotions et accessoirement de refaire le plein de munitions et de soigner nos blessés, nous nous apprêtons à entrer dans la tour…

Comments

Mais quel suspense mon capitaine, quel suspense !

haraldhardrada

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.