L'héritage perdu

Jurassic Park : 22/IV/817/M41

Notre destination, la lune agricole de Kyubu, est un territoire du Mechanicum dirigé par la magos biologis Isabella Stein. Les disciples de l’Omnimessie ont creusé le satellite afin d’y créer un environnement favorable à l’agriculture et à l’élevage. Les récents événements ayant isolé Kyubu du reste du système, il s’en est suivit une disette qui prend peu à peu de l’ampleur.

Nous partons en convoi vers Kyubu, pour un trajet estimé à 3h00. Le Hammerfall se porte naturellement en tête , noblesse oblige, un aviso fermant la marche, ce qui nous permet d’encadrer le navire agricole Saint Drusus ainsi que trois cargos. Tous les hommes sont aux postes de combat et comme de bien entendu, il ne se passe rien….

Arrivés sur la planète, nous sommes accueillis par le technoprêtre Roberto Aloro. En effet, la magos biomogis, si elle accepte de nous recevoir, est néanmoins occupée et nous devons la rejoindre sur son lieu de travail.
Pour ce faire, nous prenons un véhicule du Mechanicum afin de nous rendre dans la zone où est censée travailler la magos. Dans la ferme-laboratoire indiquée, nous ne trouvons personne hormis de serviteurs et il apparaît qu’Isabella Stein se trouve bien plus loin dans la plaine. La suite est d’une grande confusion dans mon esprit : poursuivis par une créature gigantesque surgie de nulle part, nous réussissons à l’abattre et à révéler au grand jour la trahison de Roberto.

Kyubu ainsi « libérée »,nous chargeons le Saint Drusus et les trois cargos de nourriture afin d’alimenter les citoyens de Svard. Le retour se fait sans problème jusqu’au moment où des appels de détresse nous parviennent des avisos gardant la station orbitale. Par d’habiles manœuvres évasives, le capitaine parvient éviter le combat avec un agresseur inconnu, le temps pour nous d’arriver sur zone où notre seule présence suffira à faire fuir l’assaillant.

View
La Tour Infernale : 19/IV/817/M.41

Nous décidons, après toutes ces émotions, d’entrer dans la tour avec une nouvelle compagne, prudence, la bien connue mère de sûreté. Les renseignements dont nous disposons indiquent que le rez-de-chaussée est appelé “le chœur silencieux”. Cinquante moines consacrant une vie de prières à Saint Drusus sont censés se trouver en ce lieu. Nous en avons une macabre confirmation en découvrant les corps sans vie des pieux serviteurs du saint guerrier. Afin d’éviter toute mauvaise surprise lors de notre progression dans cette partie du bâtiment, nous faisons sortir tous les corps qui sont incinérés sur l’esplanade. Notre chapelain s’assure que les rites de l’Ecclésiarchie soient bien respectés. Malheureusement pour nous, la fouille méticuleuse du rez-de-chaussée ne donne rien.

Le premier étage comprend une multitude de petits ateliers, une sorte d’école des beaux arts avec, ce qui nous semble dès plus suspects au vu de notre combat sur l’esplanade, la présence de 6 statues. Dans le doute, nous anticipons une nouvelle traitrise et les détruisons au bolter. A notre grand soulagement, cet étage ne recèle rien de dangereux et c’est en nous attendant au pire que nous grimpons vers la grande bibliothèque située plus haut.

Comme prévu sur notre plan, l’escalier que nous empruntons débouche sur une vaste bibliothèque. Alors que nous avançons au milieu des rayonnages chargés de volumes poussiéreux, un traité sur le Warp tombe et s’ouvre devant nous. Nous avons à peine de temps de trouver une explication à ce phénomène que nous apercevons une silhouette humanoïde de déplaçant derrière les rayonnages. Chacune de nos avancées à l’intérieur de la bibliothèque s’accompagne de chute d’étagères et d’un bombardement de livres.

N’écoutant que notre courage, nous vidons progressivement la bibliothèque de son contenu car nous espérons y trouver les archives familiales qui devraient nous éclairer sur la fondation et l’histoire du système Svard. Nous réussissons à avancer, nos âmes et nos corps protégés par d’intenses prières dédiées à l’Empereur-Dieu.

La suite de notre avancée nous amène dans les appartements du maître, qui ne révèlent aucune trace de maléfice warp.

Nous achevons, tels des pénitents, notre ascension en arrivant au sommet de la tour, une nef où Khiva sculpte et réalise ses “œuvres d’art”. Le vaste dôme éclairé par la géante gazeuse domine plusieurs statues entourant une représentation de l’Empereur-Dieu haute de près de 6 mètres. Sur nos gardes, nous ne sommes pas (trop) surpris quand la porte de la salle se referme brusquement derrière nous et la Sa statue s’anime.
Ivres de colères devant cet outrage, nous laissons libre cours à une juste colère et faisons s’abattre un déluge de bolts sur cette abomination. Sa destruction est aussi rapide que définitive et c’est à présent que tout danger est écarté que nous pouvons fouiller le plus minutieusement possible la tour.

Ces précautions d’usage nous permettent de trouver un coffre à serrure génétique sous une dalle. Nous remettons à plus tard son ouverture éventuelle alors que nous préparons notre voyage vers la lune agricole du système.

View
Sur Silence, personne ne vous entendra pleurer...

Silence ! – Le 19/IV/817/M.41

Lors de ce conseil de guerre, nous établissons la liste des priorités afin de purger le système de ce “culte”. Nous décidons tout d’abord de reprendre le contrôle de l’astéroïde appelé Silence afin d’y récupérer les archives familiales qui pourraient nous éclairer sur l’ancestrale fondation du système. Ensuite, il faudra rétablir les liaisons intra-système entre Svard et sa lune agricole dénommée Kyubu.
Pour ce faire, nous organisons un convoi composé d’un vaisseau céréalier et de trois cargos. L’escorte est composée du Hammerfall, en tête de convoi, et du Penance of Iocanthus, en queue de convoi. Un aviso placé au centre fournira un appoint d’auspex afin de détecter le plus tôt possible d’éventuels agresseurs.

Nous partons donc confiants en notre organisation et notre puissance de feu pour un trajet qui ne devrait pas prendre plus de 4H00. Bien nous a pris de former un convoi car à peine sommes nous partis de la station que nous percevons un écho sur l’arrière. Le Hammerfall rétrograde mais à chaque fois, l’écho finit par s’éloigner puis disparaît de nos auspex. Il faut aussi signaler que les conditions de vol sont exécrables à cause des nuages de particules émanant de la géante gazeuse toute proche, ce qui rend difficile toute poursuite.

La cible se trouve être la grande tour de 4 étages située sur l’astéroïde. Nous débarquons aux abords de l’édifice et avançons vers une esplanade encombrée d’une multitude de statues inachevées/ratées. A peine avons nous avancé dans ce dédale marmoréen que près de 200 statues s’animent et passent à l’attaque. Dépassés en nombre et surtout en puissance, nous devons nous replier vers nos deux cotres de combat. La fuite est sanglante car nous perdons 17 soldats mais leur vaillant et désintéressé sacrifice n’a pas été vain car aucun officier n’est blessé. Nous avons tout de même frôlé la catastrophe.

Revenus en arrière, nous pouvons profiter de la puissance de feu des armes de bord des cotres pour édifier un mur de bolts qui stoppe net nos assaillants. Quelques dizaines de secondes d’un feu à pleine cadence pulvérise ces statues en une masse caillouteuse informe et sans danger. Le temps de nous remettre de nos émotions et accessoirement de refaire le plein de munitions et de soigner nos blessés, nous nous apprêtons à entrer dans la tour…

View
Les "Murmures" à l'oreille des Svardiens

Réunis avec les membres du Conseil de Cristal en ce jour de notre arrivée (le 18/IV/817/M.41), nous prenons connaissance de la situation du système et des derniers événements qui ont bouleversé le paisible quiétude de ses habitants.

Il y a de cela près de 18 mois, les premiers éléments d’un groupe/secte se faisant appeler “le culte des Murmures” ont débuté une campagne d’attentats un peu partout dans le système. Chose peu commune et qui nous laisse perplexe, les attentats ne sont liés à aucune revendication politique connue. Nous pensons à un pernicieux culte chaotique mais aucun élément ne semble confirmer cette hypothèse.
Le rythme des attentats n’a cessé de croître jusqu’à il y a un an, où les événements se sont aggravés brusquement car un vaisseau minier se trouvant près de la ceinture d’astéroïdes a été attaqué par deux “guêpes stellaires”. Les navires de secours venus à la rescousse suite à la réception de son appel de détresse furent très vite mis en difficulté quand l’un d’entre eux tourna ses batteries contre ses frères d’arme. La panique qui suivit cette traitrise s’accompagna d’une fuite éperdue jusqu’à la station orbitale.
Depuis près d’un an, l’ensemble des navires du système se retrouve de fait sous blocus.

Questionnés par nos soins, les membres du conseil nous expliquent qu’il n’y a apparemment pas moyen de savoir qui appartient ou pas au groupe des “Murmures”.
Les membres du “culte” appartiennent à tous les groupes sociaux et sont présents sur tous les lieux du système. Une analyse psychique de prisonniers montrerait une forme de corruption (faible toutefois) provenant du Warp.

Seul élément visible de leur appartenance au “culte”, le fait que les membres du groupe qui se trouvent sous le coup de la colère ont leurs yeux qui virent au noir profond. Ils ne semblent pas non plus se rappeler pourquoi ils ont agi ainsi.

Décidés à faire valoir nos droits intangibles et séculaires sur ce système, nous élaborons une riposte afin de reconquérir nos terres.

View
Piège de Cristal

Une réception de qualitay : 18/IV/817/M.41

Notre sortie du cotre de combat se fait au son d’un hymne aux accents métalliques. C’est avec toutes nos bannières à la gloire du divin Empereur que nous avançons d’un pas martial à la rencontre de nos hôtes. C’est le commandant des forces de défenses planétaires de Svard, le général Otto Kvist, qui nous acceuille.

Une fois les présentations réalisées, il apparaît que le fondateur du système, un ancêtre dénommé Macharius Van Den Flug est porté disparu ainsi que son croiseur, l’Ascalon, depuis l’année 397/M.41.Depuis cette tragique disparition, aucun membre de ma dynastie n’est venu dans ce système.

Nous prenons une limousine qui doit nous conduire au siège du gouvernement planétaire, le palais de cristal. La traversée de la cité ruche se fait dans une liesse délirante, digne d’un triomphe impérial. Nous remarquons toutefois parmi la foule de nombreux visages émaciés et autres corps amaigris. Arrivés au palais, nous sommes conviés à une réception où nous sont présentés les membres du Conseil de Cristal, l’organe dirigeant du système (voir liste en annexe). L’ambiance est courtoise et policée, les conversations de bon ton mais nous ne sommes pas dupes car très vite, les senseurs de notre suspicieux navigateur l’alertent sur le danger représenté par un fourbe majordome. Le vil félon est promptement abattu par le valeureux Anders Carl-Gustav Meneginsky von Ronzencrans.

L’arbitor prend prétexte à ce regrettable incident sans importance pour braquer une arme sur notre Navigator et, ce qui est pire, me faire un humiliant rappel à la loi impériale. L’affront est sans borne et il sera immanquablement lavé dans le sang, quel qu’en soit le prix.

Notre astropathe, avec sa sagesse et sa diplomatie habituelle, calme les esprits et nous nous retirons dans une petite salle afin de discuter plus avant de la situation du système.

View
Descente vers Svard : 18/IV/817/M.41

A mesure que nous nous rapprochons de l’intérieur du système, nous distinguons une station orbitale autour d’une lune de la taille de la divine Terra. La dite station est liée à la lune par un ascenseur orbital. Plusieurs navires se trouvent amarrés à quai : des avisos, 4 transports inter-système, des vaisseaux escorteurs de classe Drusus ainsi que de la poussière navale (vaisseaux agricoles, miniers, remorqueurs etc…).

La prise de contact se fait de manière prudente car notre arrivée à portée de senseurs semble provoquer une agitation certaine. Toutes fréquences ouvertes, nous finissons par stopper à une distance que nous jugeons non menaçante pour cette flotte visiblement d’origine humaine. Au bout de quelques minutes, nous recevons une demande d’identification par un officier se présentant comme étant le second du vaisseau-escorteur Oriflam Honnête comme tout libre-marchand qui se respecte (ou pas), nous émettons fort et clair notre véritable identité. Sur le ton d’une surprise non feinte, il nous est donné l’autorisation de nous poser au nom d’un certain “Conseil de Cristal”.

Pouvant nous rapprocher de la planète appelée “Svard Prime”, nous pouvons donc obtenir une analyse plus fine de ses caractéristiques : il s’agit d’une lune glacée, possédant une atmosphère respirable et dont le ciel tire sur le rose.
Nous préparons notre descente dans un cotre de combat, équipés de nos plus beaux atours, de mon girynx (qui semble apprécier de plus en plus les frites et les gaufres mais je m’égare…) et accessoirement d’une escorte lourdement équipée.

View
Arrivée dans le système SVARD

Arrivée dans le système SVARD : 5/IV/817/M.41

L'Empereur-Dieu veille sur nos âmes car les cinq jours de voyage dans l'Immaterium se déroulent sans aucun problème. Encore une fois plus rapide que notre compagnon de route, nous arrivons en bordure du système Svard. Les premiers relevés des auspex nous donnent la configuration grossière suivante : une géante gazeuse se trouve au centre du système et au moins une lune orbite autour de cette dernière. Nous ne réussissons pas à obtenir une image plus nette du système à cause de la ceinture d'astéroïdes qui l'entoure.

Afin d'affiner nos repérages du système, nous envoyons notre chiroptère en reconnaissance. Ses premiers relevés permettent un très (trop) bref instant de détecter l'écho d'un vaisseau dans le champ d'astéroïdes. Le temps de diriger les senseurs du Hammerfall vers la zone voulue et nous avons perdu toute trace du supposé navire. S'agit-il d'une erreur ou bien sommes-nous observés par un adversaire inconnu?

Le chéroptère permet aussi de détecter des installations minières sur un gros astéroïde. La patrouille envoyée sur place trouve des impacts de balles dans les habitations ainsi que des traces de vie relativement récente. Les habitats pouvaient contenir 5 à 10 habitants. L'équipe de reconnaissance trouve aussi les traces d'une explosion ainsi que des échantillons de minerai. Leur analyse montre qu'ils sont de bonne qualité.

 

Avant de nous aventurer plus avant au coeur du système, nous préférons attendre le Penance of Iocantus, ce qui survient au bout de 4 jours. S'ensuit alors un voyage de 8 jours vers le coeur du système Svard. Aucun nouvel écho n'est détecté alors que nous avançons dans un épais nuage de particules stellaires.

 

View
Journal de bord du Hammerfall
Début du voyage vers SVARD : 19/III/817/M.41

Le but de notre expédition est d’en apprendre plus sur la mystérieuse carte obtenue il y a de cela près de 15 mois et contenue dans un coffre légué par mon défunt père. Cette carte contient les coordonnées d’un système, dénommé SVARD, ainsi que la route warp pour s’y rendre. Les talents de notre navigateur (ou plus sûrement notre exceptionnelle salle des cartes) nous permettent d’arriver à notre première étape au bout d’une seule journée au lieu des 5 prévues.

Il s’agit de reprendre contact avec notre avant-poste situé près de la planète Yu’Vath surnommée Soleil Noir. Nous profitons de l’attente du Penance of Iocanthus, bien moins rapide que nous dans l’Immaterium pour ravitailler notre minuscule base minière.
Durant 10 jours, nous effectuons aussi une foultitude de relevés afin de pouvoir développer, dans un avenir proche, cet avant-poste en une vigoureuse mais néanmoins lucrative colonie minière.

La sortie du warp, et cela sans aucune avarie, du Penance of Iocanthus marque le signal du départ pour notre destination finale. Les traditionnels mais nécessaires rites nous permettent d’accomplir sans encombre notre voyage de 5 jours.

View
Journal de bord du Hammerfall

26/II/817/M.41

C’est après 14 mois d’une expédition au long cours qui nous a mené à travers les Etendues de Koronus à la recherche de la Perle Funeste que nous revoyons enfin les rassurantes défenses de Port l’Errance.
Trois semaines sont nécessaires pour que le vénérable Hammerfall panse ses plaies aux docks de la station et que l’avitaillement puisse avoir lieu. Le plus gros de ce délai est consacré à l’achat du futur fleuron de la dynastie : un croiseur de classe Lunar.

Port l’Errance se trouve être le siège d’une grande agitation le temps de notre séjour. En effet, une flotte impériale composée d’éléments venant en majorité du secteur Calixis et pour le reliquat des Etendues de Koronus se trouve à quai pour embarquer des régiments de la garde impériale.
L’origine de cette effervescence est la planète-forteresse de Bastion, dans le système Dominion, cible de cette expédition. Si les défenses de Bastion sont à la mesure de cette flotte impériale de près de 50 croiseurs et de 150 unités plus petites, cela promet une chaude empoignade. Il est à noter que certains libres-marchands, alléchés par des récompenses substantielles à prendre sur les futures conquêtes, se joignent à l’expédition. Après que le Penance of Iocanthus nous ait rejoint, nous pouvons quitter Port l’Errance et nous diriger vers le point de saut warp, ce qui nous prend une journée (19/III/817/M.41).

View

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.